Économie d’énergie

Des besoins diminués

La rénovation globale est une excellente solution pour réduire les dépenses énergétiques. En améliorant plusieurs points faibles simultanément, elle accroît la performance énergétique des bâtiments.

La rénovation globale apporte une réponse construite et cohérente aux enjeux de transition énergétique. En traitant toutes les parois d’un bâtiment et toutes leurs jonctions, c’est-à-dire les ponts thermiques, elle maximise les gains énergétiques et supprime les sources de déperditions et la survenue de pathologies.

Des systèmes de chauffage

Une fois que les bâtiments sont isolés efficacement et qu’un système de ventilation performant a été installé, les besoins d’énergie pour chauffer le bâtiment sont divisés par deux ou trois en fonction de la situation de départ.

Il est alors possible de proposer des systèmes de production de chauffage beaucoup plus performants, fonctionnant sur des régimes de températures plus basses, qui présentent des rendements plus élevés.

Des économies d’énergie durables

Associées à une bonne régulation et à un bon équilibrage, il est donc possible de mieux maîtriser les températures des appartements. La température de consigne, c’est-à-dire la valeur indiquée en degrés Celsius au système de chauffage, peut même être diminuée sans que le confort des habitants ne soit affecté. Les consommations d’énergie pour le chauffage sont alors divisées par trois ou quatre selon les projets.

Ces économies d’énergie sont durables, car elles proviennent essentiellement de l’isolation des bâtiments. Elles peuvent également être décarbonées ou moins carbonées en fonction de la source d’énergie retenue.

De meilleurs rendements pour la production d’eau chaude sanitaire

Autre poste de consommation d’énergie : la production d’eau chaude sanitaire. Quand cette production est collective, elle peut être améliorée grâce à de meilleurs rendements ou à l’adjonction d’énergies renouvelables. Dans certains cas, il est même possible de passer d’une production individuelle d’eau chaude à une production collective, source de meilleurs rendements et d’économies substantielles pour les copropriétaires.

Enfin, les consommations d’auxiliaires (pompes en chaufferie et moteurs de VMC) peuvent également être significativement réduites en remplaçant les matériels d’origine, très consommateurs d’électricité, par des moteurs récents beaucoup plus économes.