Quelles sont les sources de nuisances sonores dans un logement en copropriété ?

Le bruit des avions, une voie ferrée non loin de chez vous, un chantier à proximité, des pièces qui résonnent, un voisin un peu trop bruyant… Dans un immeuble, les nuisances sonores peuvent provoquer un grand inconfort pour les copropriétaires. Intérieurs ou extérieurs, les bruits peuvent rapidement devenir désagréables. Pour trouver des moyens de les limiter, encore faut-il bien les identifier.

Copropriétés : quels sont les points d’entrée des bruits extérieurs ?

Les bruits provenant de l’extérieur sont généralement des bruits liés aux transports (aérien, routier, ferré), mais vous pouvez également être confronté à des bruits de voisinage (enfants qui jouent dehors, discussions à l’extérieur, etc.). Pour arriver jusqu’à vous, ces bruits passent le plus souvent par les menuiseries, les entrées d’air ou les points de faiblesse acoustique de la structure de l’immeuble.

Les entrées d’air assurent l’admission d’air neuf dans les pièces principales. Pour connaître le niveau d’isolement acoustique qu’elles offrent, vous pouvez vous référer à l’indice d’affaiblissement acoustique Rw (Ctr). Calculé en décibels, il se situe entre 33 et 42 dB. Plus l’indice est fort, plus votre isolement acoustique est important : vous percevrez donc moins les bruits extérieurs. Des manchons peuvent être installés sur les entrées d’air pour obtenir une meilleure réduction des bruits extérieurs. Constitués de chicanes, ils permettent un affaiblissement acoustique allant jusqu’à 41 dB.

Les menuiseries sont un autre point à ne pas négliger. La performance acoustique des menuiseries est caractérisée par l’indice d’affaiblissement acoustique Rw (C). Il fluctue entre 28 et 40 dB. Le double ou le triple vitrage permettent de réduire de manière conséquente les désagréments sonores. Si cela ne suffit pas, il existe du vitrage avec une isolation acoustique renforcée pour apporter encore plus de confort.

Comment diminuer la gêne liée à ces bruits extérieurs ?

Pour s’isoler des bruits de la ville, il est nécessaire de rendre tout le système de façade plus étanche. Nous vous conseillons de traiter en même temps les différents points faibles de votre habitat. Par exemple, si vous changez votre fenêtre mais que votre entrée d’air n’est pas performante, l’isolation acoustique évoluera très peu. Notez également que la perception des bruits extérieurs peut aussi dépendre de l’isolation du coffre de vos volets.

Une autre solution est d’isoler la façade avec de la laine de verre ou de la laine de roche. Par son épaisseur, elle dissipe les ondes acoustiques. Pour faire le point sur la performance acoustique de votre paroi et savoir si vous avez besoin d’une isolation supplémentaire, vous pouvez vous référer à son indice d’affaiblissement acoustique. Il indique en décibels la quantité d’ondes sonores directes stoppées par le matériau en fonction de son épaisseur et de sa composition. Plus votre paroi sera épaisse et donc lourde, plus elle répondra à des contraintes acoustiques élevées.

Pour les façades dites légères, il existe également des systèmes masse-ressort-masse pour renforcer l’isolation. Ils se composent d’une double paroi séparée par un isolant. Le système fonctionne grâce à l’effet de masse des parois et à l’isolant qui joue le rôle d’amortisseur sonore.

En améliorant l’isolation de votre logement, vous diminuez les bruits extérieurs et vous améliorez également la capacité de chauffage. A terme, cela vous permet de faire des économies et d’augmenter votre confort et la valeur de votre bien.

Quelles nuisances sonores peuvent provenir de l’intérieur de votre immeuble ?

Il existe trois typologies de bruits venant de l’intérieur de votre bâtiment :

  • Bruit aérien. La musique, des voix ou encore un film : tous ces bruits proviennent d’une vibration qui se transmet aux éléments structurels du bâtiment.
  • Bruit de chocs. Ce type de bruit est dû à une chute d’objet, un coup de marteau ou encore une personne marchant en talons.
  • Bruit d’équipements. Ces bruits proviennent des équipements de votre immeuble. En effet, des appareils comme l’ascenseur ou le vide-ordure, destinés à apporter du confort, peuvent aussi créer une gêne sonore.

Ces bruits peuvent se transmettre de manière directe (un mur, une dalle en béton…) et de manière latérale (via plusieurs éléments structurels). Les canalisations peuvent également contribuer à la propagation des ondes sonores en créant des transmissions parasites.

Quelles sont les solutions techniques pour atténuer ces bruits intérieurs ?

La technique de la boîte dans la boîte est une solution d’isolation acoustique qui peut remédier à ce problème. Il s’agit de désolidariser l’espace que l’on veut insonoriser de la structure primaire de l’immeuble. Cependant, cette solution très technique convient surtout à des lieux comme des salles de répétition ou de concert. Elle se prête difficilement à un logement car elle engendre une perte d’espace et des coûts de travaux importants.

Pour diminuer l’inconfort lié aux bruits d’équipement, il existe des solutions. Il est notamment possible d’installer des dispositifs d’insonorisation et de limitation des vibrations. L’autre option consiste à remplacer ou à condamner les équipements existants. Ces décisions doivent être confirmées par un vote en assemblée générale.

Comment gérer les nuisances provoquées par le comportement inapproprié d’un voisin ?

  • Vous entendez régulièrement un bruit anormal venant de chez l’un de vos voisins ? Qu’il s’agisse de tapage diurne ou de tapage nocturne, il existe des solutions pour régler le problème.Commencez par vérifier le règlement de votre copropriété pour savoir ce qui est autorisé et interdit.
  • Dialoguez avec l’auteur de ces bruits pour lui rappeler les règles de vie à respecter dans une copropriété et essayez de trouver une solution à l’amiable.
  • Si cela n’est pas concluant, contactez votre syndic.

Enfin, si ces trois actions ne suffisent pas, vous pouvez envoyer un recommandé au copropriétaire concerné ou appeler la police municipale, notamment en cas de tapage nocturne. Les bruits peuvent être considérés comme des troubles anormaux de voisinage et sanctionnés par la loi. En dernier recours, vous pouvez saisir la justice.

Vos questions et réponses sur les nuisances sonores en copropriété

Quels sont les horaires autorisés pour faire des travaux ?

Pour faire des travaux bruyants, veuillez respecter les horaires suivants :

  • En semaine, de 9 heures à 12 heures puis de 13h30 à 19h30 ;
  • Le samedi de 9 heures à 12 heures et de 15 heures à 19 heures ;
  • Le dimanche et les jours fériés de 10 heures à 12 heures.

Ces règles ont été écrites par le Conseil national du bruit, mais certaines collectivités ont préféré adopter un autre règlement. Nous vous conseillons de vous rapprocher de votre mairie.

Quel recours pour une nuisance sonore venant du voisinage ?

Renseignez-vous tout d’abord sur le règlement de la copropriété qui peut contenir des éléments relatifs au bruit. Si votre voisin ne le respecte pas, avertissez le syndic de copropriété. Vous pouvez également vous adresser à votre mairie pour savoir s’il existe un arrêté relatif au bruit. Si votre voisin ne respecte pas cet arrêté, prévenez le maire : il a l’obligation de garantir la tranquillité des habitants.

Comment se débarrasser d’un voisin bruyant ?

Si votre voisin est propriétaire de son appartement, vous ne pouvez l’obliger à le quitter. Mais si vos tentatives de médiation ont échoué, vous pouvez saisir la justice. Le juge peut l’obliger à insonoriser son logement. Attention, vous devrez présenter des preuves des nuisances : courriers échangés avec votre voisin, constat d’huissier, témoignages, certificat médical si le bruit a eu un impact sur votre santé…