Qu’est-ce que la rénovation énergétique des bâtiments ?

Conseils

  • Accueil
  • >
  • Conseils
  • >
  • Qu’est-ce que la rénovation énergétique des bâtiments ?
Qu’est-ce que la rénovation énergétique des bâtiments ?

La rénovation énergétique est un outil pour réduire les consommations d’énergie des bâtiments et faire baisser les factures d’énergie des propriétaires. Elle est encouragée par l’Etat car elle permet également de lutter contre la précarité énergétique. Découvrez comment elle s’organise.

La rénovation énergétique d’un bâtiment a pour objectif de diminuer sa consommation énergétique et ses émissions de gaz à effet de serre. Elle se concentre sur les principaux postes consommateurs d’énergie dans un bâtiment : le chauffage, la climatisation et la production d’eau chaude sanitaire.

Plusieurs types de travaux peuvent être envisagés :

  • les travaux d’isolation de l’enveloppe des bâtiments (façades, toiture, fenêtres…). Ils permettent de diminuer fortement le nombre de calories nécessaires au chauffage et au refroidissement des bâtiments ;
  • les travaux sur les équipements de production, distribution et émission de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Le recours aux énergies renouvelables permet d’aller encore plus loin dans la démarche de diminution d’énergie.

Quels sont les principes de la rénovation énergétique ?

Le premier grand principe est la logique d’intervention : elle consiste à limiter au maximum les besoins de chauffage et de climatisation en isolant le bâtiment de manière performante et en améliorant le système de ventilation. Dans un second temps, des équipements de chauffage et de climatisation plus performants et fonctionnant grâce aux énergies renouvelables peuvent être installés.

En débutant les travaux par la phase d’isolation, vous vous assurez de maximiser les économies d’énergie. La diminution de consommation due à l’isolation des façades et au remplacement des menuiseries vous permet, ensuite, de mettre en place une installation de chauffage moins puissante et plus respectueuse de l’environnement. Au contraire, si vous commencez à travailler sur les équipements, en remplaçant par exemple la chaudière, vous vous privez d’une partie des économies d’énergie possibles.

Le deuxième grand principe de la rénovation énergétique est le regroupement des travaux. Pour que le projet soit cohérent, il faut avoir une vision d’ensemble et pouvoir traiter les interfaces entre les différentes parois et équipements. Vouloir isoler les façades est une bonne idée, mais comment traiter l’isolation de l’acrotère, l’isolation des retours de menuiseries, les volets ou encore les entrées basses de ventilation en façade ? Pour atteindre le gain énergétique escompté, il est nécessaire de grouper ces travaux.

Y a-t-il des aides spécifiques pour financer les travaux de rénovation énergétique ?

Fer de lance de la politique de transition énergétique de la France, la rénovation thermique bénéficie d’aides gouvernementales adaptées aux différents types de bâtiments et aux profils des propriétaires.

Il existe notamment :

  • des prêts à taux zéro ou à taux bonifiés à destination des copropriétés et des bailleurs sociaux, pour étaler le financement des travaux dans la durée, plutôt que les travaux eux-mêmes, et ainsi faire en sorte que les économies d’énergie réalisées contribuent au remboursement des mensualités ;
  • des certificats d’économie d’énergie, accessibles à tous types de bâtiments (tertiaire, bailleurs sociaux, copropriétés, maisons individuelles), consistant à distribuer des primes pour tous les types de travaux réalisés. C’est ce mécanisme qui vous permet de bénéficier d’offres de travaux à 0 euro ou à 1 euro (isolation de combles ou remplacement du calorifuge) ;
  • des aides distribuées par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), destinées au logement privé (maisons individuelles et copropriétés), sous forme de subventions individuelles ou collectives, comme les dispositifs MaPrimeRénov’ et Habiter Mieux.

Des aides spécifiques des collectivités locales, ciblant des quartiers ou des types d’habitat, sont parfois mises en place sur des durées relativement courtes (quatre à cinq ans en général).

Toutes ces aides ont un point commun : elles sont soumises à des critères de performance thermique ou de gain énergétique.

La rénovation énergétique est-elle rentable ?

C’est un vaste sujet, souvent ramené au calcul du fameux « temps de retour » sur investissement. Si la comparaison porte sur le coût d’investissement total des travaux et les économies d’énergie qui en résultent au cours actuel du gaz, le temps de retour peut prendre plusieurs décennies. A l’inverse, si l’on raisonne uniquement sur le surcoût de performance énergétique et qu’on intègre des hypothèses d’augmentation des coûts de l’énergie, le temps de retour diminue fortement.

La réponse dépend des hypothèses et des paramètres pris en compte :

  • Les travaux d’entretien n’ayant par définition pas de temps de retour, le raisonnement porte-t-il sur le coût total des travaux ou sur le surcoût de la rénovation énergétique ?
  • Quelles hypothèses d’évolution des cours de l’énergie et de la fiscalité sont prises en compte ?
  • Les subventions sont-elles intégrées dans les calculs du temps de retour ?
  • La valeur verte, c’est-à-dire le différentiel de valeur d’un appartement avant et après une rénovation énergétique, est-elle prise en compte dans le calcul ? Si oui, comment est-elle calculée ?

Vos questions et réponses sur la rénovation énergétique des bâtiments

Voici deux pistes pour tenter de répondre à cette question de la rentabilité :

Le décret 2016-711 du 30 mai 2016 sur « les travaux d’isolation thermique rendus obligatoires à l’occasion de gros travaux de rénovation de bâtiments » propose une méthode de calcul officielle du temps de retour. Elle définit les hypothèses d’évolution des coûts de l’énergie, intègre les subventions dans le calcul et ne prend en compte que le surcoût de l’isolation. Avec cette définition, de nombreux projets présentent un temps de retour inférieur à dix ans.

Les études statistiques disponibles sur la base des données immobilières des notaires mettent en évidence la corrélation de plus en plus marquée entre le prix des appartements et leur étiquette énergétique. Le marché tend à valoriser totalement le coût des travaux de rénovation énergétique dans le prix de vente des appartement rénovés.

Où se renseigner pour connaître les aides à la rénovation ?

Pour connaître les aides à la rénovation, vous pouvez vous rendre sur le site service-public.fr, celui du ministère de l’Economie ou encore faire.gouv.fr. Certains vous renseigneront plus précisément sur les travaux que vous pouvez effectuer en copropriété. C’est le cas notamment du site de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ou de celui de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil). Reanova détaille également les aides et les prêts dont vous pouvez bénéficier.

Quelles aides pour quels travaux ?

Que vous habitiez dans un logement individuel ou en copropriété, vous pouvez accéder à plusieurs aides financières. Le dispositif MaPrimeRénov’ alloue ainsi une prime pour financer des travaux de rénovation énergétique. L’Agence nationale de l’habitat (Anah) subventionne les copropriétés qui engagent des travaux de rénovation énergétique des parties communes. L’éco-prêt à taux zéro représente également un moyen de financer vos travaux de rénovation énergétique.

Comment obtenir la prime de rénovation énergétique ?

La prime de rénovation énergétique, MaPrimeRénov’, a été renforcée en octobre 2020 dans le cadre du plan de relance gouvernemental. MaPrimeRénov’ est désormais accessible à tous les propriétaires et à toutes les copropriétés, sans conditions de ressources. Les dossiers de demande d’aide peuvent être déposés à partir du 1er janvier 2021 sur le site www.maprimerenov.gouv.fr. Attention, il est nécessaire de vérifier auparavant l’éligibilité des travaux prévus sur le simulateur.

Reanova peut vous accompagner dans la définition de votre projet et dans la gestion des dossiers de subvention MaPrimeRénov’Copro, des certificats d’économie d’énergie et dans le montage d’un éco-prêt à taux zéro collectif.